Comment divorce-t-on par consentement mutuel ?

divorce

Le divorce par consentement mutuel est la méthode recommandé pour mettre fin à un mariage. Ce n’est pas une procédure simple, car des différends très complexes peuvent être résolus de cette manière. On préfère simplement résoudre les problèmes par des négociations qui tiennent compte des intérêts des deux parties, et le résultat de telles négociations peut être un divorce par consentement mutuel.

Avantages du divorce par consentement mutuel

Le premier avantage est la courte durée des procédures judiciaires. Comme vous le savez, le temps c’est de l’argent. Le divorce par consentement mutuel permet également d’économiser de l’argent. Dans de nombreux cas, si les parties s’entendent sur toutes les questions pertinentes, un divorce avec partage des biens peut être obtenu dès la première audience, c’est-à-dire environ 3 mois après le dépôt de la requête en divorce.

Le temps et l’énergie que vous auriez à consacrer à des procédures de divorce interminables, puis à consacrer une affaire distincte au partage des biens entre les enfants et vous-même. Au lieu de payer l’avocat pour les prochaines audiences, emmenez les enfants et partez en montagne pendant quelques jours.

Divorce par consentement mutuel – comment le faire?

Tout d’abord, vous devez vous rappeler que la condition fondamentale pour qu’un tribunal prononce le divorce est la cessation complète et définitive des liens inhérents au mariage entre les époux (c’est-à-dire les liens physiques, spirituels et économiques). Le tribunal doit établir ces circonstances même si les époux conviennent d’un commun accord que ces liens ont cessé entre eux. Par conséquent, dans chaque cas de divorce, même avec un accord, le tribunal prévoit une audience et interroger les époux afin d’établir qu’il y a effectivement eu rupture définitive et complète du mariage. Compte tenu de ce qui précède, il vaut la peine, lors du dépôt d’une affaire de divorce, d’être prêt à expliquer que ces liens ont été rompus, ainsi que les raisons possibles et crédibles de cet état de fait. Certes il est possible de divorcer en ligne.

Cependant, il convient également de rappeler que le tribunal peut refuser la demande si cela est contraire au bien-être des enfants mineurs des parties. Par conséquent, il vaut la peine d’être prêt à expliquer lors de l’affaire de divorce ou dans le cadre de l’entretien mené par l’agent de probation que le divorce n’affaiblira pas significativement le lien entre parents et enfants, et même qu’il nettoiera l’atmosphère entre les parents, ce qui sera dans l’intérêt supérieur des enfants.

Divorce par consentement mutuel et enfants

Si vous n’avez pas d’enfants, mis à part le fait que vous devez en convenir pour que le juge des affaires familiales ne se prononce pas sur la culpabilité, rien d’autre ne doit être établi. Sauf si vous prévoyez une pension alimentaire pour l’un des conjoints. À l’exception de la seule faute de l’un des époux, la pension alimentaire ne sera due que lorsque l’autre époux est dans le besoin. Si vous êtes en bonne santé et dans la fleur de l’âge, ne comptez pas sur la pension alimentaire dans une affaire judiciaire.

Dans la même situation, ne les demandez pas en vertu de l’accord. Si, après votre divorce, vous envisagez de vivre dans un appartement partagé, vous pouvez organiser l’utilisation de cet appartement, mais ce n’est pas obligatoire. Vous devez au moins convenir de l’endroit où se trouvent l’enfant (avec la mère ou avec le père) et le montant de la pension alimentaire pour chaque enfant. Il n’y a actuellement aucune obligation de réglementer les contacts avec les enfants dans le jugement de divorce. Cependant, il est conseillé d’essayer de trouver quelque chose à cet égard, du moins si les enfants sont petits. Vous n’aurez pas à vous accrocher au règlement du divorce. Cependant, un tel accord vaut la peine d’être établi pour le mal ou du moins pour les jours de calme.

Divorce sans juge et partage des biens

Vous devez être précis à cet égard. Le tribunal du Divorce sans juge (juge des affaires familiales) peut décider ou non du partage de la propriété commune. S’il y a un litige pour le partage des biens, vous devrez ouvrir un deuxième procès (et à nouveau attendre environ quelques mois pour l’audience), ou tout arranger avec un notaire. Précisez les éléments de la copropriété (appartement, maison, voiture, mobilier, photos, ordinateur, télévision, argent, etc.), leur emplacement, leur valeur approximative et indiquez qui ils obtiendront après le divorce.

La deuxième façon est de postuler pour la soi-disant médiation. Un médiateur expérimenté vous aidera à conclure un accord et à parvenir à un règlement. Demandez à un avocat (avocat ou notaire). Chacun de vous peut avoir son avocat et vous pouvez vous rencontrer et parler dans un tel groupe. Un avocat professionnel peut prédire les résultats de votre cas sur la base d’une brève conversation avec vous. Ensuite, il ne reste plus qu’à comprendre et à équilibrer les besoins essentiels de l’autre partie.

Féminicides : à quand un « Grenelle des violences conjugales » ?
Tout savoir sur l’inégalité salariale entre homme et femme